Cliquez

pour

signer

X
En signant ce formulaire, j’accepte que les informations saisies soient traitées uniquement dans le cadre du projet de signature du PACTE SANTÉ SERVICE PUBLIC.

Initiative soutenue par la mutualité fonction publique

Merci pour votre signature

Conti-
nuité
être solidaire quel
que soit l'âge ou la
situation de vie
icone avec deux soignants

Les personnels soignants des hôpitaux publics et des maisons de retraite, si souvent applaudis lors du premier confinement, n'ont droit à aucune aide pour leur santé dès que l'heure de leur retraite a sonné. C’est incompréhensible et injuste.

Certains voudraient que cette absence d'aide pour protéger la santé des agents retraités soit étendue à tous les services publics. Ces mêmes esprits destructeurs déplorent, en même temps, la difficulté à recruter ou fidéliser des agents publics.

Celles et ceux qui nous soignent, nous protègent ou se mettent au service du public doivent à leur tour être protégés et soignés dignement, totalement et uniformément quel que soit leur lieu d'exercice ou leur statut.


Le pacte santé service public veut aboutir à une société plus solidaire et plus juste. Comment pourrions-nous y parvenir si nous déconsidérons l’engagement de celles et ceux qui se sont dévoués corps et âmes toute leur vie ?


Une réforme de la protection sociale complémentaire est en cours. Voici les propositions de la MFP pour améliorer la protection des personnels du Service public :

Au-delà de la pénibilité de certains métiers, les agents publics doivent faire preuve d’une grande capacité d’adaptabilité dans l’exercice de leurs missions. En témoigne d’ailleurs la mobilité territoriale croissante, encouragée par les pouvoirs publics.

Nous demandons que :

  • Cette exigence d’adaptabilité du métier se traduise par une protection sociale capable d’assurer la continuité des droits et des garanties au fil des mobilités tout au long de la vie professionnelle des agents publics.
  • Lors du passage à la retraite, l’agent conserve le bénéfice de cette protection sociale à laquelle il a contribué durant toute sa période d’activité.

Ce principe de continuité doit permettre de répondre à des besoins en santé à toutes les étapes de la vie. La santé n’est pas un bien comme un autre. Protéger la santé, c’est protéger toute une vie.