Cliquez

pour

signer

X
En signant ce formulaire, j’accepte que les informations saisies soient traitées uniquement dans le cadre du projet de signature du PACTE SANTÉ SERVICE PUBLIC.

Initiative soutenue par la mutualité fonction publique

Merci pour votre signature

Pour MNH, Le Figaro santé, France Info et la Chaire Santé de SciencesPo (06/10/2020)

Les Français comptent plus que jamais sur l’hôpital et les personnels hospitaliers pour les protéger… mais ils sont eux-mêmes en souffrance

Les principaux enseignements de notre sondage

Avenir de l’hôpital public
  • 96% des professionnels hospitaliers (PH) considèrent que l’hôpital public est en danger (contre 83% des Français)
  • 91% des PH pensent que la qualité des soins va se détériorer à l’avenir (contre 61% des Français)
Moyens pour bien soigner les patients
  • 89% des PH ont le sentiment de ne pas avoir les moyens humains, financiers et matériels de bien soigner les patients.
« Les professions de santé : ces métiers sont aimés et respectés, mais moins attractifs qu’auparavant et générant de l’insatisfaction au travail »
  • 85% des PH ont choisi leur métier par vocation (mais c’est le cas pour seulement 53% des Français), mais ils sont 74% à ne pas conseiller à leur enfant d’exercer le même métier qu’eux.
  • Les professions de santé font toujours rêver les Français et les PS à la retraite : une large majorité d’entre eux recommanderait toujours à leur enfants d’être médecin (71% des Français et 56% des retraités) ou infirmier(ière) (64% et 57%).
  • 82% des PH considèrent que les métiers de la santé sont moins attractifs qu’auparavant (contre 59% des Français)
  • 96% des PH considèrent que les conditions de travail de métiers de la santé se dégradent (contre 84% des Français)
  • 77% des PH considèrent que la rémunération des métiers de la santé se dégrade (contre 71% des Français)
  • 85% des PH considèrent que l’intérêt des métiers de la santé se dégrade (contre 65% des Français)
  • 47% des PH considèrent que le regard de la société sur les métiers de la santé se dégradent (contre 41% des Français)
  • Les soignants sont tous massivement exposés aux « incivilités » : 9 sur 10 en ont déjà été témoins et 8 sur 10 en ont déjà été victimes, dont 22% « souvent »
Insatisfaction au travail
  • 56% des PH sont insatisfaits de leur travail (contre 25% des Français). Cette insatisfaction au travail des PH ne cesse de progresser d’année en année : elle a bondi de 20 points en l’espace de 3 ans, passant de 36% en novembre 2017 à 56% aujourd’hui, en octobre 2020.
    Les raisons de cette insatisfaction au travail : si les PH pensent faire un travail «intéressant» (88%) et «utile» (90%), ils sont convaincus que leur travail n’est pas reconnu à sa juste valeur (82%) et qu’ils ne disposent pas de perspectives d’évolution motivantes (74%).
Conséquences de cette insatisfaction au travail : vie de famille gâchée, risques de brun-out et explosion des arrêts de travail
  • 67% des PH estiment ne pas pouvoir passez suffisamment de temps avec leur famille (contre 41% des Français)
  • 71% des PH estiment que leur emploi du temps crée des difficultés d’organisation dans leur famille (contre 38% des Français)
  • Il arrive à 60% des PH que leur famille leur reproche leur métier ou leur emploi du temps (contre 35% des Français)
  • 50% des PH pensent que leur travail a un impact négatif sur leur vie personnelle (contre 33% des Français)
  • 65% des PH craignent le surmenage ou le burn-out (contre 39% des Français)
  • plus de 8 sur 10 des PH ont eu dans leur entourage professionnel des proches victimes de burn-out (87%), de TMS (83%) ou d’autres problèmes de santé (80%), soit une trentaine de points de plus que ce qui est observé dans la population générale
Ségur de la santé
  • L’augmentation de 180 euros pour les PH (hors médecins) est jugée insuffisante par 85% des PH (contre 61% des Français)